Accueil > Medias Sociaux, Politique > Les mésaventures numériques d’Yves Jego

Les mésaventures numériques d’Yves Jego


Et de deux pourrait-on dire. Après une entrée remarquée sur Twitter, Yves Jego a décidé de proposé un sondage sur son site contre l’actuel président de la région Ile de France. Au-delà de l’aspect très 90 de ce genre de sondage, chacun sait depuis des années que ce genre de script est buggé.

Ca n’a pas loupé. Comme l’explique l’Express, les Internautes ont suivi en masse les consignes pour transformer ce sondage en Potacherie 2.0 :

Il n’en fallait pas plus pour amuser le microcosme de Twitter. Et c’est le collectif humour de droite, toujours prompt à repérer le moindre faux pas de la majorité sur le Web, qui se charge de relayer l’information sur le site de micro-blogging comme sur Facebook. Ajoutant une nouvelle découverte : à chaque actualisation le score du sondage change, sans même un clic sur le bouton « voter ». Très vite, les scores s’emballent de 83 votants on passe à 1606. La dernière capture d’écran qui a pu être prise, par Vinceakadiego, comptabilisait 5370 votants avant que le sondage soit tout simplement supprimé.

Yves Jego n’hésite pas à parler de « manipulation informatique » pour justifier cette catastrophe, un peu à l’image Frédéric Lefebvre qui lors de son entrée fracassante sur Twitter avait invoqué des problèmes techniques pour justifier la disparition de son compte… alors que les Internautes l’avait massivement déclaré en Spam. D’ailleurs, un article du Post rebondit sur cette dimension technique pour signaler :

Une fois le résultat de ce sondage (mal) digéré, celui-ci conclut : « Il s’agit d’une manipulation informatique grossière orchestrée par ceux qui n’ont pas très envie qu’une expression libre des Franciliens puisse prospérer ». (…) Sa démonstration est faible, puisqu’il aurait pu facilement apporter la preuve du méfait avec ses statistiques journalières. En effet, si celles-ci avait été inférieures à 5370 personnes dans la journée, preuve aurait été apportée de la manipulation. Mais il n’y a sans doute pas pensé.

Une fois encore, on ne peut investir le Web sans en connaitre les usages et les ressorts. Contrairement à un meeting ou à une intervention télévisée les gens ne sont pas là pour écouter. Lorsque les politiques investissent les territoires numériques ils sont attendus : ils ont mis du temps à s’y intéresser trop occupés à les dénigrer ou à vouloir les contrôler. De là à dire qu’ils ne sont pas les bienvenues…

Publicités
Catégories :Medias Sociaux, Politique
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :