Archive

Archive for the ‘Twitter’ Category

Le Congrès américain sur Twitter

Alors que la campagne des Régionales a montré une vision souvent « gauloise » de l’usage de Twitter, il existe aux États-Unis un site qui référence l’ensemble des prises de positions des sénateurs américains sur Twitter : Tweet Congress.

L’objectif de cette initiative s’affiche au fronton de la page d’accueil sous la forme d’une parodie du préambule de la constition américaine :

« Nous, le Tweeple des États-Unis, en vue de former une Union plus parfaite, de renforcer la communication, et d’encourager la transparence, nous décrétons et tweetons le Congrès des États-Unis d’Amérique.  » (traduction de Goldfish)

Le site se présente comme un agrégateurs des tweets des élus. Il propose également différents outils pour mesurer, par exemple, la popularité des élus, les  sujets les plus chauds du moment, etc. A la manière d’un répertoire, il est également possible de naviguer au travers des images, des vidéos, des États, etc.

Le Telegraph s’est intéressé aux pratiques des Sénateurs utilisant Twitter. Les comportements sont assez similaires, finalement à ceux de nos élus, entre la sénatrice du Missouri Claire McCaskill qui « raconte sa vie » au fil de ses tweets et d’autres qui font simplement du relai de communiqués de presse ou des étapes du calendrier parlementaire.  Les élus qualifient ainsi cette experience :

« Le pouvoir que donne Twitter est celuis de l’interactivité. Vous pouvez suivre en restant en retrait ce que votre élu fait comme vous pouvez le contacter directement et obtenir des réponses de sa part (…) Vous n’obtiendrez jamais cela au moyen d’une lettre ou d’un mail : avec Twitter vous avez ce que les Américains attendent aiment tant : une gratification immédiate ».

Quant aux Sénateurs qui n’auraient pas franchi le pas, le site encourage vivement les internautes à prendre contact avec les élus pour le demander d’ouvrir un compte sur Twitter.

En effet, comme le note le Los Angeles Times, un tel outil aura réellement d’intérêt quand une grande majorité de Sénateurs aura une activité sur Twitter…

Pour ceux qui voudraient aller plus loin dans les techniques mises en oeuvre, le site utilise une API développée par par la Sunlight Foundation, une association spécialisée dans la transparence en politique.

Catégories :Politique, Twitter

LibéTwitt pour suivre les candidats des Régionales

Alors que les articles se multiplient pour annoncer que cette campagne ne fut que les prémices d’une politique 2.0, un nouvel outil, fourni par le site de Libération, permet de suivre les prises de position des candidats sur Twitter : il s’agit de LibéTwitt. En plus d’un fil général, il est possible d’afficher les tweets par partis, par régions et dans les médias. Ce dernier critère de sélection est, à mon avis, à éviter : n’apparait que le compte de Regionales 2010 qui me semble être plus proche du robot que du journaliste. Au rang des regrets, on notera enfin qu’il n’est pas possible de s’abonner directement au compte d’un candidat en passant par cette page web.

Ainsi, un nouveau site voit le jour à quelques jours des élections. Il rejoint Tweest (évoqué dans ce billet), la page dédiée sur QuiTwitte (qui, elle, permet de s’abonner aux comptes Twitter),  Poli Twitt (un précurseur en la matière), Twitter les Bains de Fluctuat et le baromètre de Rue 89 (présentés ici). Venant de Libération cela peut cependant paraitre surprenant lorsqu’on se souvient de leur charge contre la campagne 2.0.

Une fois encore, la presse deviendrait elle le scribe du Web ?

Catégories :Outils, Politique, Twitter

Tweet Feel mesure la tonalité des messages sur Twitter

En lisant une article sur la stratégie de Toyota qui a récemment ouvert un compte Twitter afin d’interagir directement avec ces clients, j’ai découvert un nouvel outil, Tweet Feel qui mesure la tonalité des messages postés sur Twitter.

Avec le terme Toyota, le résultat est relativement impressionnant. Chaque nouveau tweet indexé se colore en rouge ou en vert en fonction de la tonalité générale. De plus, la page est dynamique : les messages apparaissent les uns à la suite des autres au fur et à mesure de leur indexation. Ça en jette …

Cependant, on s’aperçoit rapidement que le répertoire servant à la mesure de la tonalité des messages est limité à quelques expressions et concepts comme :

  • « fuck », « stupid », « crappy », « is better than » (placé avant le mot clé), etc. pour la tonalité négative.
  • « love », »is better than » (placé après le mot clé), etc. pour la tonalité positive.

Enfin, en raison même de l’aspect limité de ce répertoire, seuls les messages écrits en anglais sont indexés… et, encore, seulement s’ils contiennent des expressions comprises – dans les deux sens du terme – dans le répertoire de concepts.

Catégories :Outils, Twitter

Des Régionales qui tweetent

2010/02/24 3 commentaires

Alors que ces dernières semaines les journalistes ont fortement décrié l’utilisation du Web 2.0 comme outil d’information, il semble que depuis ce Week-end, une tendance inverse voit le jour.  Les sites de presse semblent bien décidés à multiplier, en partenariat avec les agences de communication, les pages Internet agrégeant les  publications sur le Web 2.0 des candidats aux élections régionales.

Le principe de l’agrégation des Tweets n’est pas nouveau. D’abord il y a eu les listes de comptes – regroupés par thématiques – tandis que dans le même temps, profitant des API de Twitter, des sites se créaient pour regrouper les interventions des élus en offrant une interface plus « lisible » aux internautes. Citons, à titre d’exemple, le travail entrepris par Poli Twitt puis, plus récemment, par Le Post et la Net Escouade avec Tweest.

Aujourd’hui les choses vont plus loin, comme si les Régionales 2010 devaient être « l’année (zéro) des candidats sur Facebook et Twitter » comme l’écrivait la semaine dernière Hervé Pargue sur Read Write France. En reprenant l’étude publiée sur Pargatruk.fr, l’auteur s’intéresse aux stratégies des candidats. Il note que les candidats ne suivent que très peu de personnes et sont là pour relayer des communiqués de presse. Ils sont dans une posture de communication descendante sans engager le dialogue avec les internautes. Ils se livrent à une guerre des chiffres (nombre de fan, de followers, etc.) somme toute imposée par l’analyse des médias sociaux. Aucun outil ne permet de mesurer les réponses et les échanges sur les médias sociaux si bien que la toise, comme il y 10 ans sur Internet, se limite à une visibilité arithmétique et non pas qualitative.

Doit-on en conclure qu’il s’agit d’une conséquence « de la dictature du médiatiquement correct [qui] contraint chacun à être présent sur les médias sociaux » ou, au contraire, des balbutiements d’une démocratie de proximité ?

Si on se réfère au tollé provoqué par Chantal Jouanno lorsqu’elle déclara sur Radio J que Twitter n’était pas à la hauteur de la politique,  il existe une véritable demande de la part des internautes quant à une proximité réelle et assumée des candidats vis-à-vis des citoyens. Il pourrait, en fait, être réellement question d’une Année 0 de la Démocratie Web 2.0 qui se cherche entre impératifs de Partis et jugements à l’emporte pièce d’une presse qui refuse de ne plus être l’intermédiaire pontifiant des prises de positions des élus. Cette double frontière commence d’ailleurs à s’effriter. Le Monde n’a-t-il pas créé un compte Twitter dédié aux élections régionales ?

Quoiqu’il en soit, de nouveaux outils ne cessent de fleurir sur la toile. Rue 89 vient de commettre le sien qui ne semble s’intéresser qu’aux responsables des partis et / ou à l’Ile-de-France. De son côté Fluctuat propose Twitter les Bains. Ce répertoire ne recense que les comptes identifiés par les noms des candidats. En Languedoc-Roussillon le résultat est, pour une fois, 100 %  dédié aux Régionales, débarrassé des scories politiciennes. Plus intéressant encore, l’outil permet de mesurer – en cliquant sur la flèche accolée à son compte – le registre sémantique associé aux interventions du candidat.

Ces nouveaux « panneaux d’affichage » doivent être doublement investis par les candidats : à la fois comme éléments de proximité à destination des électeurs mais, également, comme source d’information  pour les journalistes en charge du suivi de la campagne.

Catégories :Politique, Twitter

Chantal Jouanno snobe Twitter

2010/02/21 2 commentaires

Après ses déclarations sur le travail dans le secteur privé qui ne « lui correspondait pas » – dommage pour ceux qui n’ont pas d’autre choix pour vivre – notre ineffable secrétaire d’Etat à l’écologie et tête de liste UMP à Paris pour les élections régionales s’en prend maintenant aux internautes en dénigrant l’usage de Twitter :

‘Quand on fait de la politique via Twitter, en général, ça ne donne pas grand chose de bon. Je trouve que le message politique ne peut pas passer sur Twitter. C’est la première campagne qu’on voit avec Twitter et globalement je trouve que ce n’est pas à la hauteur du politique’, a-t-elle lancé.

Peut-être, comme le rappelle Le Figaro, que cette déclaration intempestive est liée à une affaire personnelle :

Le mois dernier, Chantal Jouanno avait été la cible de railleries sur le réseau social à la suite de ses déclarations sur la ligne 14 du métro parisien qu’elle souhaitait automatiser. Tête de liste PS pour les régionales, son adversaire Anne Hidalgo est elle suivie par près de 3.500 personnes sur Twitter.

C’est étrange, j’ai le souvenir d’une certaine NKM qui occupa ses fonctions avec l’indépendance qu’on lui connaît et qui a popularisé Twitter auprès de la classe politique. J’ai comme l’impression que cette dernière est bien plus à la « hauteur » de sa fonction et de la position qu’elle assuma durant son mandat avant d’être évincée aux profits d’intérêts génétiquement nauséabonds modifiés.

J’aime suivre son travail et, en ce moment, sa campagne en quelques mots rapides. Je n’ai pas le temps d’en entendre plus et je ne suis pas à la « hauteur » pour comprendre des programmes que se repiquent se refilent proposent alternativement Droite et Gauche.

En attendant, il serait peut-être nécessaire de déclarer son compte comme Spam : il ne sui sert à rien et les personnes abonnées ne sont pas à la « hauteur » de ce qu’elle n’écrira jamais. Je pense qu’il s’agit d’un compte techniquement et fondamentalement indésirable.

Peut être que cette mesure lui apprendra à réfléchir à compter comme le fait remarquer Gilles Klein qui rappelle fort à propos que Twitter c’est 140 caractères et non 120…

En attendant ce sont les internautes qui apprécient cette sortie. Espérons que les électeurs soient à la « hauteur » 😉

Catégories :Politique, Twitter

Suivre les gazouillis de vos articles

Avec Back Tweets vous pouvez très facilement suivre le périple d’un de vos articles sur Twitter.

En mode simple, vous entrez l’URL de la page racine de votre Blog. Les mentions de vos articles apparaissent ensuite avec l’identité des Twittos associés.

Au delà de l’aspect a priori narcissique de cette démarche, il me permet de découvrir de nouvelles personnes qui possèdent les mêmes centres d’intérêt que moi… puisqu’elle tweetent ce que j’écris ;-). En effet, avec les listes sur Twitter il devient très difficile de rencontrer de nouvelles personnes car l’utilisation des listes revient finalement à suivre des paniers de sources « anonymes » bien que thématiques. Je trouve que l’on perd, par ce biais, ce qui fait le charme de Twitter mais bon, chacun fait ce qu’il veut.

En mode avancé, vous pouvez effectuer une recherche dans un intervalle de temps donné (à utiliser pour pister la viralité d’un article ?). Enfin, Back Tweets vous permet de suivre votre célébrité les gazouillis de vos articles dans le temps en vous proposant un flux RSS ou des mails (en temps réel, de façon quotidienne ou sur un rythme hebdomadaire).

Catégories :Outils, Twitter

Villepin piétine la Com en ligne de l’UMP

2010/02/05 5 commentaires

Tout a commencé par un  happening d’Action Discrete  (émission Canal+) suspendant un portrait de Dominique de Villepin sur la façade du siège de l’UMP. Tous les éléments d’un bon événement viral (humour, surprise et une « victime » de premier plan) étant réunis, les photos ne tardent pas à circuler sur la Toile et sur les réseaux sociaux. Tout aurait pu s’arrêtait là si l’UMP un chargé de communication en ligne  un militant n’avait décidé de s’en mêler en ajoutant son grain de sel.

L’équation retenue devait se résumer ainsi : « on se moque de nous sur Twitter, on va se venger sur Twitter ». Et hop, ni une ni deux, Mathieu Bardot, publie sur TwitPic une photo de militants piétinant le portrait honni avec cette mention : « Action discrète » a voulu décorer la façade de l’UMP… ça tombe bien, on avait besoin d’un tapis ! »

L’information relayée notamment par @humourdedroite a été très rapidement reprise, photo à l’appui (lien collector car elle a disparu pendant quelques temps). Les Internautes n’apprécient pas vraiment cette méchanceté gratuite et insensée. Comme le dit Le Volontaire :

Voilà comment, très rapidement et très simplement, des militants stupides peu éclairés réussissent à confirmer l’idée d’un acharnement sarkozyste à l’encontre de Dominique de Villepin. En même temps que de détruire l’image de sérénité et d’unité que cherche officiellement à afficher leur parti. De quoi alimenter, voire confirmer, les stéréotypes qu’on peut avoir sur les militants sarkozystes…

De même, Brigitte Girardin, président du Club Villepin déclare :

Ce n’est pas une belle image de l’UMP qui est donnée. On a besoin de respect dans la vie politique. Quand des militants d’un parti républicain piétinent l’image d’un ancien Premier ministre français, c’est un peu désolant

Sur le Web 2.0, l’affaire s’envenime sous la plume de @Diego San lors d’une prise de bec avec @Mathieu Bardot. Les captures d’écran de ces échanges sont accessibles sur son site.

C’est une véritable déferlante médiatique qui s’ensuit dans la presse en ligne, obligeant finalement le principal intéressé à s’excuser platement en précisant qu’il s’agissait d’une « initiative personnelle » avant de reprendre ses activités de « publi-reportage » sur Twitter.

Catégories :Politique, Twitter